Mon fils a 13 ans. Est-ce utile que je le fasse vacciner contre les infections à papillomavirus humains ?

Françoise Narring Françoise Narring le 19 mai 2018

Les infections à papillomavirus humains (HPV) sont dues à des virus très courants se transmettant par simple contact au cours des relations sexuelles. Le préservatif ne permet pas une protection à 100% contre ces virus.

Les HPV peuvent provoquer l’apparition de verrues génitales, mais aussi de lésions précancéreuses, voir cancéreuses, chez la femme au niveau du col de l’utérus, mais aussi chez l’homme au niveau du pénis et pour les deux sexes au niveau de l’anus et de la gorge.

Sept jeunes filles sur dix sont contaminées par les HPV entre 16 et 25 ans. Et chaque année, en Suisse, environ 250 femmes sont atteintes par le cancer du col de l’utérus et 5’000 lésions précancéreuses sont diagnostiquées. Il est donc recommandé de faire vacciner ses enfants contre les HPV, pour les filles en tant que vaccination de base et pour les garçons comme vaccination complémentaire. Le vaccin se fait entre 11 et 26 ans. Il est efficace et protège actuellement contre 70% des HPV. Il permet de plus d’empêcher la transmission des virus à ses partenaires.

Si la vaccination pour les jeunes filles est possible depuis 2008, elle n’est accessible aux jeunes hommes que depuis 2016. Dans la plupart des cas, elle est gratuite dans le cadre de l’école ou d’un programme de vaccination cantonal.

Les HPV étant des infections sexuellement transmissibles, il est, dans tous les cas, important de rappeler aux adolescents les règles de base lors d’un rapport sexuel, à savoir, pas de pénétration sans préservatif et pas de sperme ni de sang dans la bouche. Il faut également les inciter en cas de démangeaison, de brûlure ou d’écoulement, à consulter un médecin rapidement. Enfin, toutes les femmes à partir de 25 ans, devraient réaliser un frottis annuel, chez leur gynécologue.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Françoise Narring

Publié par Françoise Narring

Médecin adjoint, responsable de l'unité santé jeunes du service de pédiatrie générale des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *