J’ai dernièrement fumé du cannabis légal et ai ressenti un effet calmant. Ce produit est-il dangereux? Y a-t-il un risque d’addiction?

Daniele Zullino Daniele Zullino le 26 mai 2018

Depuis quelque temps, le cannabis dit légal est vendu, en Suisse, dans un nombre croissant de magasins ainsi que sur Internet. Il désigne des produits à base de cannabis qui contiennent au maximum 1% de THC (Tétrahydrocannabinol) et des doses variables d’une autre substance, le CBD (Cannabidiol).

Le THC est la substance qui est responsable des effets enivrants, lorsque l’on fume du cannabis. Le CBD, présent en plus grande quantité dans ces produits, ne provoque lui pas d’effet psychotrope. Il atténue au contraire les effets du THC. Le CBD, tout comme le THC lorsque sa concentration est inférieure à 1%, n’induisent pas de dépendance directement. Toutefois, s’ils sont combinés avec d’autres substances addictogènes, comme le tabac, il y aura un risque d’addiction et de maladies pulmonaires.

Les effets du CBD sur l’organisme ont encore été peu étudiés. On sait toutefois qu’il peut provoquer de la fatigue et de la somnolence. Il est alors fortement déconseillé de prendre le volant ou de manipuler des machines potentiellement dangereuses, après avoir pris du CBD.

En conclusion, s’il peut avoir des effets négatifs sur l’organisme, le CBD aurait également des effets positifs. Plus de 400 études sont en cours actuellement dans le monde pour étudier son potentiel comme médicament. Les chercheurs ont ainsi déjà démontré qu’il avait des effets anti-inflammatoires et analgésiques. Il serait également utile pour lutter contre plusieurs maladies, notamment les anxiétés, les psychoses, les dépressions et certaines formes de cancer. Le CBD semblerait aussi faciliter la formation de nouvelles cellules nerveuses, ce qui pourrait la rendre intéressante en neurologie, notamment dans le traitement des attaques cérébrales ou de la maladie de Parkinson.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Daniele Zullino

Publié par Daniele Zullino

Médecin chef du service d’addictologie des Hôpitaux Universitaires de Genève

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *