J’ai 83 ans. La pratique des jeux vidéo peut-elle m’aider à rester en bonne santé ?

Dina Zekry Dina Zekry le 24 février 2018

Des études se penchent régulièrement sur l’effet que les jeux vidéo peuvent avoir sur la santé mentale des personnes âgées. Cette question fait l’objet de nombreux débats et les résultats des dernières études semblent mettre en avant le côté bénéfique des jeux vidéo.

Les jeux vidéo de stratégie amélioreraient ainsi les capacités de mémoire de travail, c’est-à-dire la mémoire à court terme comme par exemple enregistrer un numéro de téléphone le temps de le composer. Les jeux de raisonnement et d’élaboration permettraient de développer de meilleures stratégies face à la résolution d’un problème. Les jeux d’actions optimiseraient les réflexes et la sensation de bien-être. Les exergames, jeux qui combinent à la fois une stimulation cognitive et une dépense énergétique physique, amélioreraient l’endurance, les performances cognitives et la vitesse de traitement de l’information et permettraient également de réduire les syndromes dépressifs. Enfin, les jeux dits « sérieux », c’est-à-dire adaptés à des usages médicaux, éducatifs ou d’apprentissage, sont eux mieux connus. Ils améliorent sans conteste les capacités de réflexion et la résolution de problèmes.

Les jeux vidéo peuvent donc avoir des effets bénéfiques sur la santé des personnes âgées, toutefois il ne faut pas extrapoler ces bienfaits à tous les jeux vidéo. Il faut les choisir soigneusement, par exemple des jeux de sport ou de réflexion. D’autre part, il faut s’assurer que la personne ne passe pas trop de temps devant son écran et qu’elle ne se replie pas sur elle-même à cause des jeux vidéo. La pratique de ces jeux devraient toujours être associée à des activités de loisirs plus traditionnels, tel que les promenades, la natation, les sorties au cinéma, au théâtre, les jeux de cartes, etc., qui ont fait leurs preuves en matière de bien-être chez les personnes âgées.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Dina Zekry

Publié par Dina Zekry

Médecin adjointe au service de gériatrie des Hôpitaux universitaires de Genève.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *