Mon fils souffre d’une douleur très forte à un testicule. De quoi s’agit-il ?

Christophe Iselin Christophe Iselin le 11 janvier 2020

Si la douleur est survenue brutalement, de surcroît après un faux mouvement, qu’elle est très vive et ne touche qu’un testicule, il est probable que vous souffriez d’une torsion testiculaire. Il s’agit d’une urgence absolue, qui nécessite une intervention médicale rapide.

Peu connues, les torsions testiculaires touchent environ un homme sur 4’000. Elles interviennent le plus souvent avant l’âge de 25 ans, particulièrement à la naissance et à l’adolescence. Elles se produisent lorsque le cordon spermatique, constitué des vaisseaux situés au-dessus du testicule, effectue une rotation sur lui-même. La douleur provoquée est extrêmement forte. Elle s’accompagne fréquemment de nausées et de vomissements. La torsion n’est pas visible à l’œil nu, mais le testicule concerné est souvent remonté par rapport à l’autre et perd sa forme allongée. Il se gorge alors de sang et, passé six heures, commence à se nécroser. Pour éviter cette issue, il est essentiel de consulter dès les premiers symptômes.

Il convient notamment d’être très attentif aux jeunes enfants et aux adolescents. Certains ont en effet parfois du mal à décrire précisément le lieu de la douleur ou sont gênés d’expliquer qu’ils ont mal au sexe. Dans un cas sur deux, des douleurs testiculaires s’étaient également déjà manifestées dans les mois précédents, mais n’avaient duré que quelques minutes.

Si la torsion testiculaire est avérée, une opération chirurgicale est programmée sans attendre. Dans le meilleur des cas, le testicule va être détordu et refixé au niveau du scrotum. Si le testicule est par contre déjà nécrosé, une ablation risque d’être nécessaire. Les chances de préservation du testicule sont clairement corrélées au délai de prise en charge. Une opération réalisée dans les six heures après le début des symptômes permettra de sauver le testicule dans 90% des cas. Passés 24 heures, ce taux tombe à 10%. En cas de doute, n’hésitez donc pas à consulter un urologue le plus rapidement possible.

 

Pour plus d’informations, contactez le Service d’urologie, HUG.

Crédit photo: unsplash.com

Partagez cet article

Christophe Iselin

Publié par Christophe Iselin

Médecin chef du Service d’urologie des Hôpitaux Universitaires de Genève

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *