J’adore courir. Si je ne cours pas, j’ai l’impression d’être en manque. Que faire ?

Barbara Broers Barbara Broers le 2 septembre 2017

Barbara-BroersTout d’abord, bravo de pratiquer une activité physique régulière et rassurez-vous : votre corps est fait pour bouger, c’est l’inactivité qui pose problème. Nos ancêtres marchaient, couraient 20 à 30 km par jour : étaient-ils des drogués ? Bien sûr que non !

Sur Internet et les réseaux sociaux, circulent des tas d’idées, souvent fausses et sans base scientifique. Par exemple que la course à pied est une drogue ! Mais une drogue, c’est une substance ou un médicament qu’on s’administre, pas une activité physique ! Le sport peut-il créer une dépendance ? Ce diagnostic n’existe pas en médecine !

Alors, d’où vient ce lien présumé entre course et dépendance ? Des médias qui relayent des informations sans les vérifier. De la (probablement fausse) théorie des endorphines. L’activité physique semble plutôt augmenter le taux des … endocannabinoides. Du bien-être ressenti en courant: cet effet physiologique est normal. Du sommeil retrouvé : si vous dormez mal lorsque vous ne courez pas, c’est le simple méfait de l’inactivité, pas un signe de manque.

Certes, une relation difficile avec le sport peut exister chez 3 à 4% des sportifs. Il s’agit surtout d’athlètes de haut niveau, développant un rapport d’ordre compulsif avec l’exercice physique, associé à des problèmes psychologiques ou à une pathologie comme l’anorexie mentale synonyme d’obsession à dépenser des calories.

En juin 2016, l’Organisation mondiale de la santé recommandait aux adultes âgés de 18 à 64 ans de pratiquer chaque semaine au moins 150 et jusqu’à 300 minutes d’une activité physique d’intensité modérée. Faites-le, courez avec plaisir et pour votre bien. Et si la course devient une obligation, si vous continuez malgré des conséquences physiques ou sociales négatives, alors interrogez-vous…

Crédit photo : pixabay.com

Crédit photo : pixabay.com

Barbara Broers

Publié par Barbara Broers

Responsable de l’unité des dépendances des Hôpitaux Universitaires de Genève

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *