Pratiquer le jeûne est-il bon pour la santé ?

Claude Pichard Claude Pichard le 7 octobre 2017

Claude-PICHARDPour certaines personnes jeûner est synonyme de santé, d’autres le pratiquent dans le cadre d’un régime. Or, le jeûne n’apporte aucun bénéfice objectivé pour la santé et peut même être extrêmement néfaste chez les personnes malades.

Le jeûne représente un stress pour l’organisme. Chez l’individu sain, l’organisme qui jeûne s’adapte après 4 à 5 jours, au terme duquel le stress diminue et l’appétit disparait. Le corps va alors puiser prioritairement dans la masse grasse pour trouver de l’énergie. Chez une personne malade, le corps est déjà en état de stress, à cause de la maladie, et l’appétit est naturellement coupé. Pour trouver de l’énergie, l’organisme affaibli par le jeûne va préférentiellement consommer la masse protéique, soit les muscles et peu de graisse. Le corps « se mange donc lui-même », c’est une espèce d’auto-cannibalisme.

Les jeûnes répétés et réguliers ne sont pas bons non plus pour la santé. Jeûner une fois par semaine, par exemple, prive le corps de 15 % des apports nutritifs nécessaires à l’organisme. A long terme, la perte cumulée a des conséquences néfastes pour la santé. La privation en calcium, par exemple, porte atteinte à la formation et à la solidité des os.

Enfin dernière idée reçue, pratiquer le jeûne ne fait pas perdre de poids. A très court terme, bien sûr, cesser de s’alimenter fait perdre des kilos. Mais à long terme, c’est tout le contraire. Après une période de privation, le corps met en place des mécanismes de compensation, qui ont pour conséquence une prise de poids généralement supérieure au poids que l’on avait avant le jeûne.

Vous l’aurez donc compris, jeûner n’est pas une bonne idée. Nous sommes programmés pour nous alimenter. Cesser de manger augmente le risque d’avoir des problèmes de santé. Manger pour maintenir un poids de forme est un bien meilleur programme.

Crédit photo : pixabay.com

Crédit photo : pixabay.com

Claude Pichard

Publié par Claude Pichard

Médecin adjoint agrégé au service d’endocrinologie, diabétologie, hypertension et nutrition des Hôpitaux Universitaires de Genève.

4 commentaires

  1. Bonjour, je ne vais pas contredire ou critiquer votre expertise. J’apporte seulement mon témoignage. Mon père est âgé de 84 ans aujourd’hui. Il n’est pas malade sauf des grippes saisonnières de temps en temps . Il est tout le temps motivé pour des activités manuelles diverses à la,maison. Cependant depuis qu il avait l’âge de 20 ans, il pratiquait le jeûne musulman c’est à dire un mois en général. Et mon père n’est pas une exception car ma mère en fait autant et plusieurs personnes dans le village que je connais dans cette même situation . Merci

    Répondre

  2. Merci Claude pour cet article utile et important.

    Répondre

  3. Encore un médecin qui « programme » ses peurs dans la tête de ses patients. Pourquoi ne pas leur apprendre à écouter leur corps pour répondre à leurs besoins et réfléchir par eux-mêmes plutôt que de suivre les conseils de gens qui se fichent de les comprendre ?

    Répondre

  4. Ce médecin n’a visiblement pas consulté les recherches sur le site de référence PUBMED https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4257368/ avant de déclarer de telles choses…

    Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *