Le cannabis médical est-il efficace pour soulager certaines douleurs ?

Valérie Piguet Valérie Piguet le 4 novembre 2017

valerie-piguetAlors que le cannabis faiblement dosé a été légalisé en Suisse depuis quelques mois, la question de l’efficacité de cette substance pour soulager certaines douleurs nous est souvent posée. Rappelons tout d’abord que l’usage du cannabis médical est très strictement réglementé en Suisse. Il n’est autorisé qu’au cas par cas et pour des pathologies très précises : sclérose en plaques, en cas de spasmes modérés à sévères, douleurs chroniques, nausées, douleurs et diminution de l’appétit en cas de maladie oncologique ou liée au HIV.

Le cannabis agit dans le corps par deux principales substances : le tétrahydrocannabinol (THC) et le cannabidiol (CBD). Elles peuvent avoir un effet antidouleur, mais celui-ci est extrêmement variable selon les individus et les types de douleur. Ainsi, dans le cas des douleurs dîtes neurogènes, liées à une lésion ou un dysfonctionnement du système nerveux : par exemple zona, diabète, accident vasculaire cérébral ou sclérose en plaques, la prise de cannabis a permis, chez environ un patient sur cinq, une diminution d’environ 30% de l’intensité des douleurs. Dans les douleurs liées au cancer, les études ont montré une diminution de celles-ci d’au moins 30% chez environ 40% des patients.

Le cannabis soulage donc uniquement certains patients et de façon limitée. Il faut aussi tenir compte du fait qu’il peut avoir de nombreux effets secondaires, comme une somnolence ou des vertiges, et qu’une dépendance physique peut s’installer. Si vous désirez faire l’essai d’un traitement à base de cannabis médical, il faudra en parler à votre médecin. S’il estime que vos douleurs chroniques ne répondent pas au traitement recommandé, il pourra faire une demande à l’Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP). En cas d’accord, il fera ensuite une demande de remboursement auprès de votre assurance, car la prescription de THC-CBD n’est pas automatiquement remboursée.

Crédit photo : pixabay.com

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Valérie Piguet

Publié par Valérie Piguet

Médecin adjoint au service de pharmacologie et toxicologie cliniques des Hôpitaux Universitaires de Genève.

4 commentaires

  1. Science et médecine : Soulager…

    Répondre

  2. si ça pourrais soulager a la machoire
    j’aimerais bien

    Répondre

  3. Witschard Mauch Georgette 8 novembre 2017 à 15 h 24 min

    Moi aussi je veux bien, si cela peut me faire baisser la morphine ?

    Répondre

    1. Chère Madame,
      Nous vous recommandons de prendre contact avec le médecin qui vous suit et qui vous prescrit de la morphine.
      S’il estime que vos douleurs chroniques ne répondent pas au traitement recommandé, il pourra faire une demande à l’Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP).

      Répondre

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *