J’ai mal à l’estomac, est-ce grave?

Diana Ollo Diana Ollo le 7 avril 2018

Beaucoup de gens souffrent de l’estomac: il s’agit d’une douleur localisée dans la partie haute du ventre, au niveau du creux central situé entre les côtes, qui peut revêtir plusieurs formes de présentation : brûlure, crampe ou inconfort (ballonnement, nausées). C’est un motif de consultation très fréquent, touchant près de 25% de la population occidentale.

Dans 3/4 des cas, ces symptômes sont bénins. Le plus souvent, il s’agit d’une dyspepsie fonctionnelle, définie comme une douleur de l’estomac souvent chronique et invalidante, sans lésion du système digestif.

Devant ce tableau clinique, votre médecin recommandera des mesures d’hygiène de vie, comme l’arrêt du tabac, de l’alcool, du café et de certains médicaments, parfois associées à un traitement contre l’acidité gastrique. Dans certains cas, il recherchera aussi par un test simple une bactérie, l’Helicobacter pylori, qui peut causer des lésions de la paroi de l’estomac.

Plus rarement, ces douleurs sont la traduction d’une maladie touchant l’estomac ou les organes voisins (œsophage, vésicule biliaire, pancréas, côlon) et nécessite une prise en charge plus rapide. Un questionnaire ciblé, un examen clinique et dans certains cas une prise de sang permettront d’identifier les personnes à risque. Certains facteurs peuvent constituer des indices de gravité, augmentant la probabilité d’une maladie sous-jacente. Il s’agit notamment d’un âge supérieur à 50 ans, de l’association à une fièvre, d’une perte de poids involontaire, de vomissements, d’une sensation de blocage des aliments lors de leur descente vers l’estomac, du sang frais ou digéré dans les selles, d’une jaunisse ou d’une anémie. Ces “signes d’alarme” de même qu’une histoire personnelle de chirurgie gastrique, d’ulcère ou de cancer gastrique dans la famille motiveront des examens supplémentaires.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Diana Ollo

Publié par Diana Ollo

médecin interne au service de gastro-entérologie et hépatologie des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *