J’ai 18 ans. Puis-je utiliser un stérilet comme moyen de contraception ?

Isabelle Navarria Isabelle Navarria le 13 octobre 2018

Le dispositif intra-utérin (DIU) ou stérilet reste aujourd’hui très peu utilisé comme moyen de contraception par les jeunes filles et ce en dépit de sa grande efficacité et de sa bonne tolérance. Une étude parue en France en 2013 montrait que seules 3.8% des jeunes femmes, de 18 à 29 ans, utilisaient un DIU.

La plupart des jeunes femmes pensent ainsi que ce dispositif est réservé aux femmes ayant déjà eu des enfants. Comme le confirme une autre étude, cette croyance est également encore répandue chez les médecins généralistes et les gynécologues. Il est pourtant très bien toléré par les patientes quel que soit leur âge et qu’elles aient eu des enfants ou non. Son efficacité est bien plus importante que la pilule et malgré les idées reçues, les DIU disponibles à ce jour n’augmentent pas le risque d’infection pelvienne ou d’infertilité.

Le stérilet mesure environ trois centimètres et est placé dans l’utérus. Il existe deux types de dispositifs intra utérins. Le stérilet au cuivre, qui ne contient pas d’hormones. Le cuivre agit sur les spermatozoïdes en les rendant moins mobiles et moins viables dans l’utérus. Il provoque également une inflammation locale de l’utérus, qui empêche la nidation. Il peut également être utilisé comme contraceptif d’urgence, efficace jusqu’à 5 jours après un rapport sexuel non protégé. Son efficacité est même supérieure à celles des pilules d’urgence.

Quant au stérilet hormonal, il diffuse une faible dose de progestatif en continu. Il agit localement sur l’utérus. La glaire cervicale s’épaissit. L’endomètre devient plus fin et les spermatozoïdes sont rendus moins mobiles. Ce qui empêche toute grossesse.

Le DIU est donc une méthode de contraception très efficace, qui peut être proposée à toutes les femmes indépendamment de leur âge.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Isabelle Navarria

Publié par Isabelle Navarria

Médecin-cheffe de clinique au service de gynécologie des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *