Mon enfant s’est brûlé avec de l’eau bouillante, que dois-je faire ?

Annick Galetto-Lacour Annick Galetto-Lacour le 20 octobre 2018

Commencez par mettre la zone brûlée immédiatement sous l’eau froide du robinet. Attention, toutefois à ce que d’eau ne soit pas glacée, car elle pourrait causer des gelures et le refroidissement de votre enfant. Laissez l’eau couler sur la brûlure pendant au moins 20 minutes.
C’est le contact à l’air qui est très douloureux en cas de brûlure. Le refroidissement diminue l’étendue des lésions et calme la douleur.

 Si la zone brûlée ne comporte aucune cloque mais uniquement une rougeur, il s’agit d’une brûlure superficielle du premier degré. Appliquez simplement une crème ou une pommade cicatrisante.

Si la brûlure a provoqué une cloque non percée, peu étendue, de moins d’un centimètre de diamètre, il s’agit d’une brûlure au second degré. Vous pouvez effectuer le pansement vous-même. Désinfectez la brûlure avec une solution aqueuse, mais pas avec un produit contenant de l’alcool. Mettez ensuite une couche épaisse de crème grasse. Appliquez une gaze stérile et maintenez le pansement en place par du sparadrap autocollant. Ne percez pas les cloques qui protègent la brûlure de l’infection. Laissez-les s’ouvrir d’elles-mêmes. Si par contre la cloque est ouverte, il convient de consulter un médecin. Il effectuera un pansement adapté à la profondeur de la brûlure.

Enfin si la lésion est blanche ou noire, indolore et insensible. Si elle a, également, atteint le visage, les mains, les pieds ou les organes génitaux de votre enfant, qu’elle couvre une surface supérieure à la moitié de la paume de sa main, est située sur une articulation, fait le tour d’un membre ou qu’elle provoque une douleur qui n’est pas apaisée par un anti-douleur, il s’agit sans doute d’une brûlure au troisième degré. Il convient alors de consulter très rapidement un médecin. Dans les cas les plus sévères, votre enfant devra être hospitalisé.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Annick Galetto-Lacour

Publié par Annick Galetto-Lacour

Médecin adjoint au département de l’enfant et de l’adolescent des Hôpitaux Universitaires de Genève. Co-auteure de Allo docteur, mon enfant est malade ! Edition Médecine et Hygiène. Site et App : monenfantestmalade.ch

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *