Je ne veux plus prendre la pilule. Qu’est-ce que la contraception naturelle?

Angela Walder-Lamas Angela Walder-Lamas le 27 octobre 2018

L’expression «contraception naturelle» se réfère généralement à l’observation par les femmes de leur cycle menstruel pour éviter une grossesse. Plusieurs méthodes existent. Celle dite du calendrier ou « Ogino » est une estimation des jours de fertilité, ce que proposent beaucoup d’applications internet. La méthode Billings est elle basée sur l’observation de la glaire cervicale, qui est produite par le col de l’utérus pendant les phases fertiles. Enfin, la méthode des températures consiste à prendre sa température au réveil. Après l’ovulation, la température corporelle augmente légèrement jusqu’aux prochaines règles. Il existe des appareils qui associent méthode Ogino et température, avec parfois la mesure d’hormones dans l’urine.

Tous ces moyens ne sont toutefois pas assez efficaces. La combinaison des trois paramètres ci-dessus est nécessaire pour une bonne efficacité, comme le fait la « méthode symptothermique ». Elle permet aussi de déterminer la position et la texture du col de l’utérus.

Pour être fiable, cette méthode suppose une période d’apprentissage et de la motivation à s’auto-observer. La participation active du partenaire est essentielle pour éviter des relations sexuelles non protégées pendant les périodes à risque de grossesse. Enfin, elle n’est pas adaptée pour les jeunes avant 20 ans ou si la situation de vie rend difficile une observation de plusieurs jours par mois.

D’autres méthodes peuvent être dites « naturelles », car sans hormones, telles le dispositif intra-utérin au cuivre dit « stérilet », les préservatifs masculin et féminin, le diaphragme et le coït interrompu. Ce dernier connaît tout de même un haut taux d’échec.

Le choix contraceptif est une question très personnelle, qui évolue tout au long de la vie d’une femme et d’un couple. L’unité de santé sexuelle et de planning familial reste à votre disposition. Les consultations y sont gratuites et confidentielles.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Angela Walder-Lamas

Publié par Angela Walder-Lamas

Conseillère en santé sexuelle de l'unité de santé sexuelle et planning familial des Hôpitaux universitaires de Genève.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *