Ma compagne a fait un AVC il y a quelques semaines. Pourrons-nous reprendre une vie sexuelle?

L’accident vasculaire cérébral (AVC) est une pathologie qui provoque d’importantes conséquences, à la fois physiques et psychiques, pour le patient, mais aussi pour son entourage.

A la suite d’un AVC, le malade souffre d’une intense fatigue, parfois associée à un état dépressif. Il peut également avoir perdu certaines fonctions, telles que la parole ou l’activité motrice et avoir subi des modifications de son apparence. Tout cela entraîne de l’angoisse et une dégradation de l’image de soi. Le partenaire, témoin de ces changements, peut lui aussi développer des peurs et craindre que la reprise d’une activité sexuelle ne provoque un nouvel AVC. Le couple se retrouve alors confronté à une véritable épreuve, qui peut compromettre la relation affective et sexuelle.

Sachez tout d’abord, qu’il est normal de ressentir de la nervosité ou de l’hésitation lors de la reprise de l’activité sexuelle. Une fois la phase aiguë de la maladie passée et le travail de rééducation commencé, il peut-être important d’aborder la question avec un médecin. Il pourra vous informer et vous rassurer. Les relations sexuelles n’augmentent pas les risques de faire un nouvel AVC. Au contraire, elles permettent le plus souvent de minimiser les répercussions psychologiques et physiques qui peuvent en découler. Les patients sexuellement actifs avant un AVC retrouvent généralement une vie sexuelle satisfaisante par la suite. Ce processus prend toutefois du temps et votre partenaire aura besoin d’un réel soutien et de beaucoup d’attention. Il est possible aussi que vous deviez changer certaines de vos habitudes, notamment si votre compagne souffre de séquelles physiques. A ce stade, le plus important reste de pouvoir évoquer avec elle vos craintes et vos interrogations, sans la brusquer, et de se projeter ensemble dans le futur.

Partagez cet article

Francesco Bianchi-Demicheli

Publié par Francesco Bianchi-Demicheli

Responsable de la consultation de gynécologie psychosomatique et médecine sexuelle des Hôpitaux Universitaires de Genève

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *