Ma nièce souffre d’un trouble bipolaire. De quoi s’agit-il exactement ?

Le trouble bipolaire, anciennement appelé psychose maniaco-dépression, est une alternance de phases dépressives et de phases euphoriques, entre lesquelles la personne retrouve une humeur stable. Cette maladie touche près de 100’000 personnes en Suisse et se déclare souvent entre 15 et 25 ans. Il faut toutefois dix ans en moyenne pour la diagnostiquer, car les premières crises sont souvent considérées à tort comme des dépressions classiques ou des troubles psychotiques isolés.

L’intensité, la durée et la fréquence des crises varient d’une personne à l’autre. Il peut s’écouler parfois plusieurs années entre deux crises. En revanche, les personnes qui en souffrent font toutes face à une douleur morale importante. 50% d’entre elles feront une tentative de suicide une fois dans leur vie. Il est donc très important de diagnostiquer cette maladie le plus tôt possible, afin de mettre en place des traitements adaptés.

La bipolarité est une maladie dont on ne guérit pas au sens strict du terme. Il est toutefois possible de la stabiliser. La prescription d’un médicament stabilisateur de l’humeur constitue la base du traitement. Le médecin proposera également au patient une psychothérapie, ainsi que des séances de psychoéducation. Elles lui permettront de savoir reconnaître les signes annonciateurs d’une crise et de pouvoir ainsi mieux la gérer.

La stigmatisation des personnes souffrant d’un trouble bipolaire est aujourd’hui encore très répandue dans notre société. Les malades ont également tendance à s’autostigmatiser : ils ont honte, se sentent coupables et se replient souvent sur eux-mêmes en limitant leurs relations sociales et professionnelles. En tant que proche d’une personne bipolaire, il est donc très important que vous la souteniez et l’accompagniez dans l’évolution de sa maladie. Les associations de malades et de proches dispensent également soutien et informations.

Crédit photo : pixabay.com

Partagez cet article

Hélène Richard-Lepouriel

Publié par Hélène Richard-Lepouriel

Médecin adjoint responsable du l’Unité des troubles de l’humeur, Service des spécialités psychiatriques des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *