Je tousse et je suis essoufflé depuis plusieurs semaines. Devrais-je consulter un médecin ?

Paola Gasche Paola Gasche le 16 mars 2019

Derrière des difficultés persistantes à respirer lors d’effort ou une toux qui s’éternise, se cache peut-être une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO). Largement sous-diagnostiquée et méconnue du grand public, la BPCO est pourtant la troisième cause de mortalité dans le monde. Elle  toucherait environ 400’000 personnes en Suisse. Environ 80% des personnes atteintes sont des fumeurs, généralement âgées de plus de 40 ans. Un fumeur sur quatre souffrira un jour de cette maladie.

Souvent considérée comme la toux du fumeur, la BPCO se caractérise par une inflammation des bronches et un épaississement de leur paroi, des épisodes répétés de bronchite, et une destruction progressive des alvéoles pulmonaires. Une fois endommagées, celles-ci ne se régénèrent pas. Les malades perdent alors une partie de leurs capacités pulmonaires et souffrent d’un essoufflement qui s’aggrave au cours du temps.

La BPCO est une pathologie qui peut être silencieuse pendant des années et dont les symptômes, la toux notamment, sont souvent banalisés. Près de la moitié des personnes atteintes ignoreraient ainsi qu’elles sont concernées. Lorsque les premières sensations d’essoufflement apparaissent, la maladie peut déjà être avancée.

Il est donc très important de prévenir la maladie, de réaliser un dépistage et de consulter un médecin dès qu’une toux ou un essoufflement inhabituels apparaissent. Si l’on ne peut pas guérir de la BPCO, des mesures peuvent toutefois être prises pour enrayer sa progression et améliorer le quotidien du malade, notamment : l’arrêt total du tabac, la pratique d’une activité physique régulière et la mise en place d’une alimentation équilibrée. Des médicaments par inhalation peuvent aussi soulager l’essoufflement. Nous vous recommandons alors de prendre rendez-vous avec votre médecin, qui en cas de suspicion de BPCO, vous fera passer une spirométrie, un examen qui évaluera vos capacités respiratoires.

Retrouvez plus d’information sur cette maladie et les traitements sur Pulsations magazine et sur le site internet du service pneumologie des HUG.

Crédit photo : unsplash

Partagez cet article

Paola Gasche

Publié par Paola Gasche

médecin cheffe du Service de pneumologie des Hôpitaux Universitaires de Genève

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *