Nous essayons actuellement d’avoir un bébé par procréation médicalement assistée. Ces traitements engendrent des tensions dans notre couple. Comment pouvons-nous être aidés ?

Isabelle Streuli Isabelle Streuli le 2 novembre 2019

En Suisse, 10 à 15% des couples sont touchés par l’infertilité et 6’000 d’entre eux recourent annuellement à la procréation médicalement assistée (PMA). Nombre d’entre eux rencontrent des difficultés à gérer les examens médicaux, les traitements répétés et l’incertitude de leur projet d’avoir un enfant.

Plus de 40% des femmes suivant un traitement d’infertilité présentent des symptômes anxieux ou dépressifs. Les stimulations hormonales, l’attente et l’incertitude du résultat, la nécessité de répéter plusieurs fois les traitements, les implications financières, l’impact sur la capacité à travailler, la relation de couple et la sexualité sont autant de facteurs qui peuvent contribuer au mauvais vécu du parcours de PMA. Ainsi, près d’un quart des couples abandonnent prématurément les traitements pour des raisons d’ordre psychologique.

Il est donc important que la prise en charge ne se limite pas aux aspects physiques, mais prenne aussi en compte les dimensions psychiques et sociales de chaque couple. Votre centre de PMA doit ainsi veiller à vous impliquer tous les deux dans les décisions et vous donner des informations précises pour que vous puissiez faire des choix éclairés.  Dans certains centres, vous pouvez également bénéficier de consultations de conseil en infertilité, qui vous permettent de trouver une écoute et une aide et qui vous proposent des outils, tel que la sophrologie, la méditation et l’hypnose, pour faire face aux traitements et à leur impact émotionnel. Enfin, si vous présentez des symptômes anxieux ou dépressifs ou si vous ressentez des difficultés à vous accorder avec votre conjoint, des consultations chez un psychologue ou un psychiatre peuvent vous aider à faire face aux difficultés.

En conclusion, il est important, dès le début de votre prise en charge et en présence de votre conjoint, d’aborder vos préoccupations et difficultés émotionnelles avec votre spécialiste en procréation médicalement assistée. Il pourra ainsi vous conseiller sur les différentes possibilités d’accompagnement.

Pour plus d’informations, contactez l’Unité de médecine de la reproduction et d’endocrinologie gynécologique des HUG.

Crédit photo: unsplash.com

Partagez cet article

Isabelle Streuli

Publié par Isabelle Streuli

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *