J’ai été piqué par une tique. Dois-je consulter un médecin ?

Manuel Schibler Manuel Schibler le 2 novembre 2019

L’année dernière, en Suisse, près de 30’000 personnes ont consulté un médecin après avoir été mordues par une tique. Ces animaux actifs de mars à novembre, vivent principalement dans les forêts, les buissons et les herbes hautes.

En Suisse, les tiques transmettent essentiellement deux types de maladies à l’homme, la borréliose (une bactérie) et l’encéphalite à tiques (un virus). Si les morsures sont fréquentes, les infections le sont beaucoup moins, et il n’est pas nécessaire de consulter un médecin si vous n’avez aucun symptôme.

Par contre, en cas d’infection par la borréliose, 50% des personnes touchées vont présenter une rougeur de la peau en forme de rond. Chez une partie des personnes restantes, l’infection va, après deux à six semaines, provoquer des problèmes cardiaques ou neurologiques, ou plus tardivement articulaires. Dans ces deux cas, il convient de consulter un médecin, qui vous prescrira un traitement antibiotique.

L’encéphalite à tiques se caractérise, elle, par des symptômes grippaux. Ils apparaissent souvent dans les huit à dix jours après la piqûre et disparaissent spontanément. Dans de rares cas, des complications neurologiques peuvent subvenir et être parfois mortelles. Il n’existe aucun traitement contre cette maladie. Un vaccin est toutefois disponible. En Suisse, il est recommandé à toute personne ayant des activités en plein air, sauf dans les cantons du Tessin et de Genève depuis 2019.

Pour éviter toute morsure, lors de vos balades en forêt, nous vous recommandons de porter des vêtements couvrants, des chaussures fermées et de glisser votre pantalon dans vos chaussettes. Au retour, auto-examinez-vous et soyez particulièrement attentif aux plis de l’aine, aux aisselles, à la tête et aux cheveux. Si vous trouvez une tique, saisissez la avec une pincette à la base de la tête et retirez la doucement. Désinfectez la plaie et surveillez-la durant quelques jours.

Pour tout complément d’information, veuillez contacter le Service des maladies infectieuses des Hôpitaux universitaires de Genève.

Crédit photo: unsplash.com

Partagez cet article

Manuel Schibler

Publié par Manuel Schibler

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *