J’ai des douleurs fréquentes au dos. Puis-je prendre du paracétamol sans risques pour me soulager ?

Valérie Piguet Valérie Piguet le 5 août 2020

Le paracétamol est une substance active que l’on trouve dans de nombreux médicaments contre les douleurs. Il est aussi présent dans la plupart des comprimés contre la fièvre et les refroidissements. Il est plutôt destiné aux douleurs faibles à modérées. En cas de douleur plus fortes, il peut être associé à d’autres substances, tel que la codéine ou le tramadol.

Si vous ne prenez pas d’autre traitement, le paracétamol est recommandé sur une courte période en cas d’arthrose, de lombalgies, de douleurs musculaires, articulaires, osseuses ou de maux de tête. Certaines personnes pensent, à tort, que puisque le paracétamol est vendu en pharmacie sans ordonnance, il est peu efficace. Or, le fait qu’il soit vendu librement signifie simplement que les autorités d’enregistrement des médicaments juge qu’il est possible de l’utiliser sur une courte durée, sans avis et surveillance médicale, sans prendre de grands risques.

Vous devez tout de même faire très attention au surdosage et ne pas dépasser la dose de 4 grammes par jour. Pris en excès, le paracétamol peut en effet être toxique pour le foie. De même que s’il est associé à de l’alcool ou lors de jeûne. Respectez donc bien les doses prescrites par votre médecin ou votre pharmacien et faites notamment attention à ne pas prendre en parallèle plusieurs médicaments contenant du paracétamol, par exemple en cas de maux de dos et d’état grippal. D’une manière générale, prenez toujours l’habitude de lire le nom des substances actives contenues dans les médicaments que vous prenez. Il figure sur la boîte et la notice d’emballage.

Si vous buvez régulièrement de l’alcool ou jeûnez, parlez-en à votre médecin. De même, si vous constatez la survenue de rougeurs ou de boutons inhabituels, stoppez le traitement et contactez un spécialiste. Dans de rares cas, le paracétamol peut en effet provoquer des allergies ou des réactions cutanées.

Pour plus d’information, consultez le Blog Atelier antalgiques.

Dre Valérie Piguet, spécialiste douleur SPS, médecin consultante, HUG.

Crédit photo: unsplash.com

Partagez cet article

Valérie Piguet

Publié par Valérie Piguet

Médecin adjoint au service de pharmacologie et toxicologie cliniques des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *