Mon enfant a de violentes quintes de toux. Pourtant il est vacciné contre la coqueluche.

Alain Gervaix Alain Gervaix le 2 juillet 2020

Votre enfant vous inquiète car, depuis quelque temps, il a de violentes quintes de toux. Si les crises sont plus fortes la nuit, que votre enfant semble avoir du mal à reprendre son souffle, a parfois les lèvres bleues ou vomit après une quinte, il est possible qu’il ait attrapé la coqueluche.

Un vaccin contre cette maladie existe et fait partie du programme de vaccination de base. Toutefois malgré la vaccination, il arrive que des enfants attrapent la coqueluche et de mini-épidémies surviennent encore régulièrement.

La coqueluche est une infection contagieuse. Elle se transmet par contact avec les gouttelettes de sécrétions du nez ou de la bouche lors d’éternuements ou de toux. Elle débute par une toux et un rhume banals. Puis, de très fortes quintes de toux apparaissent. Elles se terminent souvent par un bruit semblable à un cri lorsque votre enfant cherche à reprendre son souffle, on l’appelle le « chant du coq ». Cette toux peut persister plusieurs mois, malgré les traitements.

La maladie étant très contagieuse, votre enfant devra être isolé, afin d’empêcher la contamination de l’entourage. Il faudra être particulièrement attentif aux nourrissons, qui ne peuvent être vaccinés avant l’âge de deux mois. En effet, la coqueluche peut provoquer des apnées et des complications graves chez les tout petits. Une fois le diagnostic posé, votre médecin prescrira un antibiotique à votre enfant. Il est très important de respecter les doses prescrites et de continuer le traitement jusqu’à la fin, même s’il va rapidement mieux. Toute interruption prématurée des antibiotiques favorise en effet la rechute et la transmission de l’infection à d’autres enfants. Après cinq jours de traitement, votre enfant ne sera plus contagieux et pourra reprendre des activités en groupe. Si les quintes de toux persistent et dérangent votre enfant dans son sommeil, vous pourrez lui administrer un sirop antitussif, avant le coucher. Pensez aussi à bien humidifier l’air de sa chambre.

Pour en savoir plus, consulter le site Mon enfant est malade.

Professeur Alain Gervaix, Médecin chef du Département de la femme, l’enfant et de l’adolescent, HUG. Co-auteur de Allo docteur, mon enfant est malade ! Edition Médecine et Hygiène.

Crédit photo: unsplash.com

Partagez cet article

Alain Gervaix

Publié par Alain Gervaix

Médecin chef du Département femme-enfant-adolescent des Hôpitaux Universitaires de Genève. Co-auteur de Allo docteur, mon enfant est malade ! Edition Médecine et Hygiène. Site et App : www.monenfantestmalade.ch

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *